Maybe if the weather was just a little better….

Il fallait bien que cela arrive, j’ai passé une mauvaise soirée à Seoul. Pas le genre de mauvaise soirée ou on se dit « c’est pas grave, ce n’est ni la première, ni la dernière soirée de ce type que je passe »….mais plutôt du style « tous les Hommes sont-ils dotés d’humanité?… il va falloir inventer un terme pour tout ceux qui sont au-delà de la superficialité…qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça? »

Avec ma roommate, nous sommes allées rencontrer un de ses anciens amis de lycée et deux de ses amies….attente sous la pluie, nous les rencontrons enfin après quelques incompréhensions. Soirée ennuyeuse avec une caricature de la fille superficielle qui croit tout savoir mieux que tout le monde et qui te donne des leçons. J’ai appris il y a longtemps à ne pas prêter attention à ce genre de personne et je ne perds plus mon temps à essayer de les remettre à leur place, il y a des choses que malheureusement, ils ne peuvent pas comprendre.

Cependant, cela n’empêche pas que la soirée fut décevante. Nous avons donc décider de retourner à Anam (ou est notre université), ou je comptais bien prendre un verre ou aller me détendre au karaoké. Bien entendu, le déluge s’est abattu sur Seoul et impossible de trouver un taxi.

Nous avons marcher pendant je ne sais plus combien de temps et attendu sous la pluie qu’un taxi libre et toujours en service ne daigne vouloir nous ramener chez nous. J’étais tellement énervée par cette situation, qui me rappelait de mauvais souvenirs de soirées ratées lors de ma première année de fac, que j’en aurait pleuré de frustration! Plus question de faire quoique ce soit d’autres, je veux juste être dans mon lit.

Nous sommes finalement rentrées à notre dortoir  à 4h du matin…..

Ce soir là, je me suis vraiment demandée si Seoul était le bon choix, si après tout, le fait que je puisse passer de si mauvaises soirées dans des villes si éloignées les unes des autres ne signifiait pas que toutes les villes se valent. Peut-être que ce que je suis venue chercher à Seoul ne s’y trouve pas, ou peut-être que je pourrais le trouver n’importe où.

Je sais que la frustration et la fatigue n’ont pas aidé pour améliorer mon humeur, mais je doutais vraiment sur le bien fondé de ma venue ici et surtout sur le fait de savoir si je voulais vraiment venir passer quelques années ici.

Le lendemain étant un dimanche, je décidais de ne faire que des choses que j’aime avec pour seule compagnie, moi-même et mon appareil photo.

Schopenhauer à écrit: « ce qui rend les hommes sociables est leur incapacité à supporter la solitude et donc, eux-mêmes. » Moi je me supporte très bien, mais de ce fait, je crois que c’est ce qui me rend quelques peu associable… ^^

C’est donc armée de mon appareil que je me suis rendue à Gahoe-dong (le quartier au nord d’Insa-dong) bien évidemment……

xoxo

J.

Publicités