Indian Summer in Seoul

Bonjour à tous ceux et toutes celles qui sont toujours fidèles au rendez-vous malgré le flot inconstant de posts sur ce blog, et bienvenue aux nouveaux arrivants. Que ces derniers ne prennent pas leurs jambes à leur cou, updates il y aura! (notez que je n’ai pas dit « régulières » ^^).

Plus sérieusement, je devrais mettre le blog à jour plus souvent, vu que j’ai repris une activité normale et que je suis de retour au pays ou il vous arrive quelque chose tous les jours.

Car en effet, en ce doux matin du 29 Août, alors que le soleil dardait ses premiers rayons sur la campagne, la voiture roulait déjà en destination de Nantes. Il faut savoir que cette journée fut une des plus mémorables. Que voulez-vous, j’ai un dont pour attirer les situations rocambolesques……

Premièrement, il vous faut savoir que mon avion ne décollait pas avant 20h10. Mais la SNCF étant ce qu’elle est: c’est à dire une compagnie aux horaires et tarifs semblant doués de volonté propre (on passe de 58 à 121 euros et inversement pour un Nantes/CDG selon les heures) et dont la ponctualité peut faire défaut (cela reste souvent indépendant de leur volonté certes).

Donc, comme je ne pouvais prendre que deux trains dans la journée (non merci, je ne paierais pas 121 euros), celui de 9h29 ou celui de 13h et quelques, il me fallait faire un choix.  Le premier me faisait attendre 4h à Charles de Gaulle, le second ne respectait pas le fameux « être trois heures avant le décollage à l’aéroport ». Je serais venue en voiture, pas de soucis, l’embarquement ne se fait pas en deux minutes. Mais si jamais le train avait du retard……Enfin bref, donc oui, je me suis levée à 7h pour un avion à 20H10.

Aucun souci majeur à l’aéroport, jusqu’à l’instant fatidique de l’enregistrement des bagages…………Comme les européens ont droit à 3 mois sur le sol coréen sans visa, et que j’allais faire la demande de mon visa de travail sur place, je n’avais donc pas fait faire ce fameux visa (de toute façon, cela aurait été trop court pour que je l’ai avant le départ).

Mais là ou tout se complique, c’est quand l’hôtesse me dit: « c’est soit vous avez un visa et alors un billet aller suffit, soit vous n’en avez pas et il faut un billet aller/retour ».

Vous l’aurez deviné, mon billet n’était qu’aller…….Mais cette hôtesse, toujours optimiste, me dit devant a mine déconfite: « Vous avez un comptoir Air France un peu plus loin, vous n’avez qu’à aller acheter un billet retour ».

Mais bien sûr, des vols sur Air France je peux m’en offrir sans problème, c’est d’ailleurs pour ça que je vol avec Asiana Airlines et que je n’ai pris qu’un billet aller! Je suis allée à ce comptoir, ou là, l’hôtesse était vraiment agréable. Bon, quand elle m’a dit qu’elle avait un billet à 1400 euros, je ne riais pas vraiment.

Elle m’en à ensuite trouvé un à 835 euros, par Air China, le même trajet que celui avec lequel je suis rentrée en Juin. Comme je n’avais pas vraiment le choix…..C’est donc le compte en banque léger mais le coeur lourd que j’ai embarqué dans cet avion.

Le vol, direct, s’est bien passé, pour la première fois j’avais un écran pour moi toute seule ^^ J’ai regardé un film et j’ai dormi.

La première chose que j’ai vue quand je me suis réveillée car le commandant de bord annonçait l’arrivée à Séoul? Lee Bhyun-Hun sur mon petit écran. Comme toujours, il est là pour m’accueillir ^^

J’ai ensuite pris le limousine bus, comme d’habitude, mais vers Gangnam cette fois. Une fois arrivée à mon arrêt, une pluie torrentielle…….Avec deux sacs et une valise, sans parapluie, j’étais contente…..

J’ai acheté un parapluie dans un convenience store. Première conversation en coréen avec le vendeur (non je ne mettrais pas 12000 won dans un parapluie), ouf, je n’ai pas tout perdu ^^ J’ai fini par trouver le Livingtel ou j’avais réservé, et me retrouver dans 6 mètres carrés, sans fenêtre, trempée, fatiguée et plus légère de 800 euros ne m’a pas vraiment fais du bien au moral. Du coup, je me suis couchée. Non mais!

xoxo J.

Publicités